Visite de musée

Roadtrip dans la Manche : Cherbourg 2 La Cité de la Mer

La dernière fois que je suis allée à la Cité de la Mer, cela venait d’ouvrir, j’étais pré-ado. On y passait une demie journée en prenant son temps. Et depuis ils ont ouverts d’autres espaces et cette fois c’est 7 heures que j’ai passé sur place. J’ai pris mon temps mais je n’ai pas tout lu non plus ! En écrivant à la fin de cette journée, je constate que j’ai passé la journée accrochée à des détails qui n’allaient pas. L’équipement est bon est c’est peut-être aussi pour ça que ce sont les détails qui pêchent… Plus le niveau est élevé, plus on remarque les petites choses qui ne vont pas. Ca rassure sur la marge de projection de tout un chacun !

J’ai commencé ma visite par l’expérience « On a marché sous la mer ». Vous avez lu Expoland ? On est en plein dedans ! C’est réellement une attraction entre la première version de Space Mountain et le Star Tour avant sa rénovation en plus cheap mais ça fait le job. Visitant seule, je n’avais pas d’aide pour me mettre dans le trip et j’ai donc noté tout ce qui n’était pas cohérent. Première d’entre toute, à part dans le montage final, on ne marche pas sous la mer ! C’est ludique, sympathique et le passage en sous-marin est plutôt chouette si ce n’est la qualité de la vidéo qui laisse un peu trop voir que ce sont des images de synthèse. Un peu trop proche du dessin animé et pas assez de la réalité, on fait des vidéos de bien meilleure qualité de nos jours et l’attraction n’est pas si vieille. Et puis, le petit détail qui tue : la porte du sous-marin qui est censée faire l’étanchéité de la machine est sur la passerelle et non sur l’habitacle. Donc, quand les vérins de l’engin bougent, la porte reste fixe… Les enfants aiment beaucoup, c’est bien pour les familles ou entre amis pour s’amuser. Dans le cadre d’une visite orientée vers le culturel, pas tant que ça.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

J’ai poursuivi ma matinée avec la visite du Redoutable, le premier sous-marin nucléaire lanceur d’engins (SLNE). C’est une fierté cherbourgeoise qui permet d’évoquer l’arsenal (où a travaillé mon grand père) et la Marine Nationale. Mon cœur de petite fille de militaire bat pour ce genre de choses. La visite audioguidée est très bien faite même si elle ne laisse pas forcément le temps de prendre le temps. Il faut suivre le discours par phase qui comprend des déplacements. Avant d’entrer j’avais fait la salle d’introduction et le tour extérieur qui prépare bien la visite de l’intérieur. Cette présentation permet d’humaniser la visite, de voir les espaces, comprendre les enjeux des missions et la différence entre un SLNE et un SA (sous-marin d’attaque). C’est intéressant mais l’accès uniquement par escalier, quoique bon pour le stepping, n’est a priori pas possible en fauteuil.Ce qui manque à cette visite audioguidée du sous-marin : de l’humain. Autre chose un peu dommage, le sous-marin est mis en ambiance, le bruit des machines et les ambiances sonores sont reproduites mais avec des enceintes énormes que j’ai trouvé très voyantes. De même, certains éléments qui pourraient heurter la tête des visiteurs sont renforcé de mousse, scotché avec du scotch GL Events, la société qui gère le parc expo et la Foire de Caen. Etrange association !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ma visite a continué par les expositions et l’aquarium, où, malheureusement, mon téléphone est tombé en panne de batterie et je n’avais pas pris l’appareil photo. Mon souvenir de jeune fille restait que cette partie était très chargée en texte et pas très funky. Du coup, alors qu’habituellement je n’aime pas ça, j’ai pris l’audioguide. Dans ce cas précis c’est très agréable car les pistes audio font des synthèses des textes et c’est plus facile d’aller piocher dans les panneaux les infos complémentaires. J’ai passé un très agréable moment dans le théâtre sur l’archéologie sous-marine. Aucune idée du nombre de reportages sur le sujet présent à cet endroit, mais j’en ai vu 3 et suis partie quand un 4e commençait ! La visite se poursuit avec l’aquarium à grand fond, les aquariums sur les différentes façon de se déplacer des animaux sous-marins, où l’audioguide est très pédagogique. Ce qui me chiffonne dans la plupart des aquariums c’est de voir des poissons qui n’ont pas de fiche et de voir des fiches qui n’ont pas de poisson mais je sais ce que peut être la gestion du vivant et ,n’imagine même pas la difficulté de la création d’écosystème sous-marin artificiel ! C’était le début d’après-midi et, ayant bien mangé, une certaine lassitude digestive m’a accompagné tout le long de l’exposition. J’ai donc plutôt parcouru les différentes parties sur les abysses, regardant de ci de là que réellement lu. Là encore, l’audioguide m’a fournit les éléments principaux, pour une fois que les pistes ne sont pas si longues ! J’ai fait le jeu des oreilles d’or où j’ai appris à reconnaître le bruit des crevettes mais pas réussi à reconnaître le nombre de tour d’une hélice…

J’ai fini ma visite par l’espace Titanic, un bijou ! (pour lequel je n’avais plus de batterie sur mon téléphone…) La promenade sur le quai d’embarquement, la salle des bagages pour la mise en contexte puis l’animation de 30 mn qui rythme tout l’espace de visite inspiré du Titanic. En descendant l’escalier, on arrive face à une vidéo de la mer qui déroule l’histoire depuis le départ de Cherbourg jusqu’au naufrage. 15 mn pour arriver au moment de la collision avec l’iceberg, 15 mn supplémentaires pour atteindre le naufrage complet. Les différents messages télégraphiques échangés se succèdent ainsi que les fusées de détresse. Différentes citations de voyageurs évoquent les différents aspects du voyage.

Quand on quitte le pont sur un des côtés on arrive d’abord à la description technique du bateau puis à l’évocation du poste de pilotage qui aborde différents aspects techniques comme le télégraphe, la fabrication de la coque, la navigation… On poursuit par le pont de première, celui de seconde, celui de troisième. A chaque fois on rencontre des portrait, apprend le destin des hommes, femmes et enfants.

Ce que j’apprécie beaucoup c’est la gestion du flux, chaque espace est autonome, aussi, en fonction de l’affluence on a le choix entre deux ou trois espaces à explorer ensuite. Et puis la dynamique, la rythmique est excellente car tout l’espace suit l’ambiance de l’animation vidéo. Toutes les demi-heures, les lumières changent, certaines pièces ont des lumières imitant une submersion, on entend des cris. A chaque pont, un écran décrit ce qu’il se passe dans telle ou telle classe.

Le dernier espace est sur ce qu’il s’est passé après le naufrage : survivants, recherches, changement dans les codes et les lois, etc. C’est une très belle conclusion à l’espace. C’est vraiment le moment que j’ai préféré. J’ai du passer plus de 2 heures en tout à faire le tour de cette partie de la Cité de la mer, c’est du grand spectacle mais avec toute la profondeur et l’ingéniosité que doit avoir une exposition utilisant multimédia et nouvelles technologies, sans trop en faire pour une maintenance simplifiée.

J’ai passé une excellente journée à la Cité de la Mer, un moment de culture maritime cherbourgeoise, varié et agréable.

N.B. : quand il est écrit que vous pouvez acheter votre ticket la veille pour le lendemain sur place, c’est sans doute vrai, mais pas au guichet après 18h.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s