Visite d'exposition

L’art et l’enfant ou l’enfant dans l’art à Marmottan-Monet

Je n’étais jamais allée au musée Marmottant-Monet. En y allant j’ai compris pourquoi, ce n’est pas le musée le mieux desservi en métro et il n’y a pas d’autres musées dans le quartier, très joli par ailleurs. Mais le musée vaut vraiment le détour ! Pour ses espaces permanents autant que pour son exposition sur l’art et l’enfant.

Je trouvais le sujet intéressant et ai été agréablement surprise. L’exposition retrace l’apparition de la personnalité de l’enfant dans l’art. Entre portrait et symbole, quel est l’enfant est représenté, à quelle fin ? Quelle est la signification de l’apparition de l’enfant et qu’est-ce que l’art nous dit du statut social de cet être qui, petit à petit, devient une personne.

Malheureusement les photos étaient interdites dans l’exposition et je n’avais pas de quoi prendre de notes pour être sûre de retrouver les œuvres. Certaines sont dans le Hors-série Connaissance des arts que j’ai remporté à la maison mais toutes. Un petit mot sur la scénographie et le parcours. D’abord il y avait pas mal de monde dans cette exposition mais pas suffisamment pour empêcher de voir les œuvres, lire les textes. Cela accélère juste un petit peu la visite car on ne peut pas stationner devant les tableaux. Les espaces étaient colorés selon les parties chronologiques. L’accrochage était assez aéré, ce qui était d’autant plus agréable que la fréquentation était dense. Parfois les expositions proposent trop de tableau, ce qui n’est pas le cas ici. On peut tous les voir et on comprend leur rôle dans le développement du propos.

Louis XIV enfant.jpg
Anonyme, Portrait du futur Louis XIV enfant, vers 1640, huile sur toile, Musée national des châteaux de Versailles et Trianon

Si le propos est principalement artistique, il y a aussi une dimension sociale assez importante. En introduction, une vierge à l’enfant est présentée car le premier enfant représenté dans l’art occidental est le Christ. De fils de Dieu à fils de roi, il n’y a qu’un pas et la première partie commence avec le portrait du dauphin. L’importance de représenter le futur roi ou encore l’enfant-roi c’est diffuser l’image d’une dynastie et préparer un peuple à son futur roi. L’usage du portrait d’enfant se diffuse parmi les grandes familles dans l’objectif de montrer la force d’une dynastie. Mais l’enfant est ici plus un support, le sujet d’une idée plus qu’un être dont on fait le portrait. Il n’y a pas ou peu d’affecte dans ces tableaux. Marie-Antoinette et ses enfants par Vigée-Lebrun ou encore les enfants de la famille Médicis. L’art est aussi un moyen de montrer la réalité paysanne pour les frères Le Nain. La mortalité infantile qui frappe indifféremment anonymes ou famille royale est également un sujet de représentation de l’enfant en art. Preuve d’un certain attachement.qui se traduit par la réalisation du tableau et non par ce que le tableau raconte. L’ambiance reste grave et solennelle, l’environnement symbolique est fort et évoque la brièveté de la vie.

Pajou, famille de l'artiste
Jacques-Augustin-Catherine Pajou, Portrait de la famille de l’artiste, vers 1802, huile sur toile, Musée du Louvre

C’est au XVIIIe siècle que l’enfant commence à devenir une personne en art. Cela va avec les nouvelles théorie d’éducation écrites par Rousseau entre autres. La famille commence à apparaître dans les tableaux, la famille bourgeoise, où les enfants sont éduqués et entourés par leurs parents. La tendresse et l’instinct maternel s’affichent en peinture avec des scènes de famille où tout le monde entoure l’enfant ou le nouveau-né.

Avec le XIXe les enfants deviennent de plus en plus présents et dans des rôles variés : sujet du parent-peintre, héros de la littérature, avec les grands succès de Victor Hugo, ou encore témoin de l’histoire ou de la misère qui court les rues. Il s’agit de la partie la plus développée de l’exposition, cela a sans doute à voir avec la période la plus souvent traitée par le musée Marmottant-Monet. Avec les peintres réalistes,
et notamment Millet, un nouveau regard est apporté sur l’enfance à la campagne. Le réalisme c’est aussi la représentation des petits métiers et des grandes misères des enfants des

Millet-Tricot.jpg
Jean-François Millet, La Leçon de tricot, 1869, huile sur toile, Saint-Louis Art Museum

rues. Il y a également des tableaux plus joyeux autour de jouets et de jeux d’enfants. Les impressionnistes ne pouvaient être oubliés de l’exposition avec les enfants des peintres représentés en famille dans des ambiances bucoliques.

Le XXe siècle poursuit les thématiques domestiques jusqu’aux avant-garde où certains artistes vont cherché à renouer avec les dessins d’enfants : Picasso, Matisse ont tenté l’expérience mais c’est sur l’Art brut que s’achève l’exposition. A la fin du parcours qui cherchait à montrer la place grandissante que prend l’enfant dans l’art jusqu’à inspirer un courant artistique qui va les valoriser en tant qu’artiste et inciter les adultes à renouer avec leur âme d’enfant.

M-Picasso-BF.jpg
Pablo Picasso, Le Peintre et l’enfant, 21 octobre 1969, huile sur toile, musée national Picasso.

 

J’ai trouvé cette exposition vraiment très intéressante et bien faite du point de vue du parcours muséographique, du choix des œuvres et de la rédaction des textes. C’est une belle exposition d’art qui apporte en plus une histoire et un contenu qui m’a rappelé mes cours d’histoire sociale de l’art. Ce genre d’exposition est vraiment un plaisir à visiter et j’aimerai qu’il y en ai plus de ce type. Avec une problématique, un propos, un discours.

L’exposition L’Art et l’enfant est visible au musée Marmottan-Monet jusqu’au 3 juillet. J’espère vous avoir donné envie d’aller y faire un tour ! Je salue aussi le Hors-série de Connaissance des arts qui reprend exactement le parcours de l’exposition et m’a beaucoup aidé pour cet article.

Publicités

5 réflexions au sujet de « L’art et l’enfant ou l’enfant dans l’art à Marmottan-Monet »

  1. Chouette retour d’expo.
    C’est un musée que j’ai découvert il y a quelques années seulement mais que j’aime beaucoup. Le contraste entre le bâtiment historique et les sous-sols « Monet monet monet »… sont assez saisissant mais il y a des œuvres de choix partout 🙂

    J'aime

  2. Je suis allée voir cette exposition que j’ai vraiment trouvé superbe et bien réalisée ! J’ai également écrit un article dessus sur mon blog, c’est drôle de voir les impressions d’une autre personne ! Je suis bien d’accord avec toi pour la difficulté d’accès au musée lorsque nous sommes en métro, ce n’est pas à côté et j’ai du demander mon chemin ahah !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s