Visite d'exposition

Quand les archives donnent vie à la Première Guerre mondiale

Dès le début, je la sentais bien cette exposition des archives départementales du Calvados ! Je ne sais pas pourquoi parce que c’est loin d’être mon sujet préféré, la Première Guerre mondiale. Peut-être la femme sur l’affiche ? Bref, je ne l’explique pas et je n’ai pas été déçue. Pourtant j’ai attendu la dernière semaine… Lire la suite Quand les archives donnent vie à la Première Guerre mondiale

Billet d'humeur

Twitter une exposition ou comment feindre le désintérêt

Je fais partie de ces personnes, apparemment assez rares selon les enquêtes de publics, qui visitent seules. Ce n’est pas spécialement un choix, mes disponibilités, mes idées et ma faim de musée ne correspondent pas forcément à celles des gens qui m’entourent. Aussi, pour tout de même partager mes visites, j’aime twitter au fur et à mesure de ma découverte. Cela a aussi pour objectif de prendre des notes sur ce qui me marque pendant la visite et les photos associées. Je suis à l’aise avec le fait de passer du temps sur mon téléphone mais j’ai remarqué certaines réactions qui m’amusent ou me dérangent.

J’utilise Twitter depuis un moment maintenant, j’aime l’univers muséal qui s’y est développé et s’étend chaque jour. Depuis que j’ai un smartphone et un compte, j’ai fait plusieurs tentatives de Live Tweet d’expositions. Je me rendais compte que cela entravais un peu ma journée car ma batterie ne tenait pas le coup. Je me retrouvais à déambuler dans les espaces, un peu déçue de la faiblesse de mon seul compagnon de visite, finalement passant très vite sur le sujet. Comme si la panne de batterie impactait mes propres batteries humaines. Moi, geek ? Et puis avec la modernisation de mon appareil, j’ai réussi à trouver un téléphone capable de supporter presque une journée entière de tweet acharné et avec photos ! Disons que vers 17h30-18h, il me dit qu’il a besoin d’une pause.

Je me rend compte que Twitter est vraiment mon compagnon de visite. Au moins un réceptacle qui peut recueillir mes idées et pensées pour éventuellement trouver un interlocuteur en décalé. Ca me permet de prendre le temps sur place au musée, de m’intéresser vraiment au sujet, de lire, de regarder. Donc c’est assez important dans ma visite. Pour autant, d’autres visiteurs ou le personnel  du musée réagissent à mon comportement qui détonne du comportement habituel. C’est encore pire, quand je reviens dans une exposition, car je vais vite, je sais déjà quelles informations je veux partager et je dois alors ressembler à une touriste asiatique bien étrange.

Ça peut être perturbant vu de l’extérieur, car honnêtement, en temps de visite normal, je dois passer autant de temps à lire et regarder l’exposition qu’à écrire mes tweets, m’assurer qu’ils sont bien postés, j’en profite parfois pour regarder un peu ma timeline. J’ai même parfois peur de passer plus de temps le nez sur le téléphone qu’avec l’exposition. Je comprend ainsi pouvoir sembler désintéressée, ennuyée, en décalage, voire un peu perdue. Mais parfois c’est long et difficile de trouver les 140 caractères !

Petit florilège des réactions :

  • Ayant pris la photo que je veux partager, je profites d’un banc à proximité dans l’expo pour écrire mon tweet. Un homme âgé s’assied à côté de moi et me demande si je ne préférerais pas plutôt regarder autour de moi plutôt que mon écran. J’ai sourit et l’ai informé de mon habitude, le monsieur a trouvé ça assez intéressant et nous avons échangé un petit peu avant de reprendre nos visites respectives.
  • Arrivée dans une exposition, un groupe stationne à l’entrée, je le dépasse et me campe devant le panneau introductif, je le lis, fais la photo et écris mon tweet. Le groupe partit entre-temps fait voir à l’agent d’accueil que je suis plantée le nez sur mon téléphone. Celle-ci me demande si j’ai besoin d’aide… Je répond que tout va bien et poursuit ma visite. Elle a peut-être cru que j’avais échoué là par hasard.
  • Il y a aussi les visiteurs aux regards anguleux et un peu désapprobateurs, ce sont les plus fréquents. Soit je ne suis vraiment pas discrète, soit je les dérange.
  • Dans un musée désert, un jour, le community manager du musée est venu me voir pour recueillir mon avis, me poser des petites questions sur ma perception du musée.

Mais à part ça, je soigne ma parano, tout va bien !

Non classé

Muséosprint, première mondiale à Trouville-sur-Mer

Membre active de la communauté Museomix, je fais partie de l’association Museomix Normandie. La petite particularité de notre communauté est d’avoir été la première à tenter la version condensée de Museomix (événement international annuel, festif, innovant et créatif organisé sur 3 jour en novembre dans plusieurs musées) en une journée ! Les attentes étaient bien-sûr… Lire la suite Muséosprint, première mondiale à Trouville-sur-Mer

Visite de musée

La maison de la Brique, cas d’école d’un petit musée réussi

Lors de mon stage au Réseau des musées bas-normand, j’ai eu la chance de visiter pas mal de petits musées et de trouver quelques pépites ! La maison de la Brique en est une. Située sur la commune de Saint-Martin-d’Aubigny, très proche de la sortie de Périers dans la Manche, c’est un petit musée qui,… Lire la suite La maison de la Brique, cas d’école d’un petit musée réussi