Visite d'exposition

Humaniser la guerre, ou les rôles et enjeux de la Croix Rouge

Depuis le 9 mars 2015, le Mémorial de Caen propose une exposition intitulée Humaniser la guerre ?. Comme la plupart du temps, je suis allée à l’exposition sans regarder plus loin que le titre, les horaires et tarifs d’entrée. Du coup, je n’étais pas sûre de ce sur quoi j’allais tomber… Je me disais, des hommes, la guerre et le terme d’humaniser, rendre plus humain, améliorer… Bref, tout ça était un peu confus mais semblait intéressant d’autant que je n’avais jamais visité d’exposition temporaire au Mémorial. La reproduction de l’affiche à l’entrée de l’exposition et la salle introductive m’a remis les choses en place et posé le décor !

L’exposition traite de la Croix Rouge et notamment du CICR (Comité Internationnal de la Croix Rouge, noté le, la traduction de l’acronyme est difficile à trouver dans l’exposition) et de comment l’organisation est passée de quelques médecins suisses à des centaines de délégations partout dans le monde. Le dit CICR et le Musée d’Art et d’Histoire de Genève sont les partenaires et prêteurs de nombreux objets de cette exposition. La première partie introductive permet de recoller les morceaux et de combler les lacunes (nombreuses pour ma part) sur l’histoire de la Croix Rouge. Voici les questions auxquelles vous pourrez répondre

Le petit visuel attention âmes sensibles

après l’exposition : Quelle bataille a donné l’idée de la création de la Croix Rouge ? Quelles sont les missions de la Croix Rouge ? Quelle a été leur évolution au cours des années, aujourd’hui et pour demain ?

ATTENTION, comme l’indique un petit pictogramme à droite du tunnel de vidéos : certains contenus peuvent heurter les plus jeunes.

La visite en bref

La scénographie de l’exposition est particulièrement soignée. Assez abstraite, elle colle au propos de l’exposition, lui apporte plus de sens tout en guidant le parcours de visite. Dommage, je n’ai pas trouvé le générique de l’exposition et je ne sais donc pas qui a réalisé la scénographie…

Les instants remarquables de ma visite :

Pour écouter, il faut incontestablement être grand

– Les témoignages de prisonniers de guerre (je n’en ai écouté qu’un car il était bien costaud et je me sentais un peu âme sensible ce jour-là) sont positionnés très haut pour qu’ils ne soient pas à portée des enfants (souvent friands de ce qui est audiovisuel). A voir si, accompagné, le casque peut être mis à disposition d’un adulte en fauteuil roulant par exemple.

 

– Suivant le parcours des délégués de la Croix Rouge en terrain hostile, il arrive le moment del’impasse. Cette partie est évoquée dans un cul-de-sac ! C’est anecdotique mais on ne peut pas nier que ça colle au propos !

 

Le musée pose une question fondamentale

 

– La scénographie permet aussi de se faire poser des questions au visiteur. Notamment dans l’installation de l’étage qui, grâce à une mise en perspective, a provoqué un déclic chez moi concernant les missions de la Croix Rouge, sur la nécessité de sa neutralité et le concept d’humanisation au delà des gentils et des méchants.

A chaque question sa boîte réponse avec texte et objets

– Continuant sur le questionnement, mais sur un principe un peu inversé, une partie concerne ce que j’appelle les « questions qui fâchent », les points noirs de l’histoire de la Croix Rouge. Ces questions sont littéralement mises en boîte et bien visible depuis l’entrée de l’espace d’exposition. C’est très attractifs car les questions sont bien choisies et je me suis demandée quelle réponse allait être donnée : langue de bois ou pas ? J’ai été agréablement surprise du ton historique, de la démarche argumentative et d’enquête.

Pas d’expo sans couac, c’est inévitable dans un projet et l’important est d’y penser pour la prochaine fois :-).

Aïe mes yeux pour la lecture

Premier couac, et d’importance, la taille des cartels dans la partie introductive. Les petits textes, forts intéressants qui permettent de faire le lien entre le propos général (en police 36 ou 72) et l’objet présenté qui sert d’exemple, sont en police 8 ou 9, 10 grand maximum ! Heureusement que lors de ma visite, il n’y avait pas foule car ce sont des cartels à lire tout seul et de près (même avec mes lunettes). Même si ce n’est que dans la première partie, ça rebutte un peu au début d’une exposition. (n.d.a. : mon pouce fait environ 5 cm)

Autre petit couac de l’introduction (et encore ce n’est pas sûr), la mise à distance devant le tableau de la bataille de Solférino qui, non intégrée dans la ligne scénographique, semble avoir été ajoutée au dernier moment.

L’exposition présente des documents d’archives, des textes mais aussi un document vidéo issu du cinéma d’information suisse. Ce document est présenté par une voix off allemande qui, dans les faits, ne fait qu’énoncer les noms des personnes. L’essentiel et le plus intéressant de la vidéo est énoncé en français, il s’agit du compte rendu de la séance de signature d’un traité internationnal. Toutefois, cette vidéo n’étant pas sous-titrée, je me suis imaginée à la place d’un non-germanophone, confrontée à une langue qu’on ne comprend pas et sans sous-titre. La réaction que j’aurai alors serai de reposer le casque et de m’en aller sans attendre le moment de français, non annoncé par ailleurs, et qui constitue pourtant tout l’intérêt de l’extrait ! Il manque aussi, et ce sur toutes les vidéos un time code indiquant la durée. En se mettant devant l’écran on ne sait où en est la vidéo ni pour combien de temps on « s’engage » à regarder.

Bilan

Dans tous les cas je conserve un très bon souvenir de l’exposition. Une belle expérience, une belle scénographie et un propos intéressant et bien mis en valeur. Cela aurait peut-être même justifié un journal d’exposition, que j’aurai volontiers remporté chez moi !

Publicités

Une réflexion au sujet de « Humaniser la guerre, ou les rôles et enjeux de la Croix Rouge »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s